Le carburéacteur GTL

quatar

Son Excellence Dr Mohamed bin Saleh Al-Sada, Ministre de l’Énergie et de l’Industrie; M. Akbar Al-Baker, PDG de Qatar Airways; et Wael Sawan, Directeur Général et Président de Qatar Shell étaient au nombre de ceux qui assistaient à cette grande première : la mise à bord de carburéacteur GTL dans l’A340 de Qatar Airways.

Shell, Qatar Petroleum et la compagnie aérienne Qatar Airways ont fêté la première utilisation de carburéacteur GTL (appelé aussi GTL Jet Fuel), le premier nouveau carburant aviation à obtenir un agrément mondial depuis plus de deux décennies; celui-ci comporte 25% de kérosène GTL en provenance de l’usine Pearl GTL, une composante importante de la supercatégorie Gaz Intégré de Shell.

Le 9 janvier dernier, le vol QR001 de Qatar Airways – un Airbus A340 – était le premier vol propulsé par du carburéacteur GTL à quitter l’aéroport international de Doha, pour Londres.

La production innovante de carburéacteur GTL a commencé au 3ème trimestre de 2012.
Du kérosène GTL qui provient de la plus grande usine de liquéfaction du gaz du monde est mélangé à du carburéacteur Jet A-1 produit dans la raffinerie de Laffan à proximité.
Ce nouveau carburéacteur est à présent mis à bord des avions à l’aéroport international de Doha.

Une véritable alternative

Le carburéacteur GTL, qui est commercialisé par Qatar Petroleum pour être utilisé sur le marché intérieur Qatari, constitue une véritable alternative « accessible » de carburant qui répond aux toutes dernières normes de l’aviation internationale*.

« Ce carburant peut être utilisé en toute sécurité dans le secteur de l’aviation commerciale, aussi bien avec tous les avions existants utilisés à travers le monde, qu’avec les modèles les plus récents de fuselage et de moteurs qui sont encore actuellement dans les bureaux d’études, » dit Wael Sawan, Directeur Général et Président de Qatar Shell Company.
Et d’ajouter : « La production et la vente de carburéacteur GTL est une étape importante pour le partenariat Qatar Petroleum – Shell et atteste de notre soutien continu de la position du Qatar en tant que capitale mondiale de la liquéfaction du gaz. »

ravitailement

L’Airbus A340 de Qatar Airways est avitaillé en carburéacteur GTL avant de s’envoler pour l’aéroport d’Heathrow, à Londres.

Son Excellence Dr. Mohammed bin Saleh Al-Sada, Ministre de l’Énergie et de l’Industrie du Quatar et PDG de Qatar Petroleum, a déclaré : « La production de carburéacteur GTL est une grande réussite pour Pearl GTL et pour l’État du Qatar. Le carburéacteur GTL sera fourni à l’installation commune d’avitaillement de l’aéroport international de Doha, ce qui permettra à l’état du Qatar de profiter des avantages de ce produit. Il s’agit en effet d’un moment historique pour le Qatar, puisque le premier carburant aviation à être agréé dans le monde entier depuis 20 ans a son origine au Qatar ».

Akbar Al Baker, PDG de Qatar Airways, poursuit : « Qatar Airways est depuis longtemps un leader dans le domaine de la responsabilité environnementale du secteur aviation. Ce vol historique propulsé au GTL ouvre la voie pour que Qatar Airways contribue à l’efficacité environnementale dans le cadre de l’exploitation au jour le jour de nos activités. »

Un bref historique du carburéacteur GTL


La mise sur le marché du carburéacteur GTL est l’aboutissement d’une longue collaboration qui remonte à 2007, lorsque Shell, Qatar Petroleum, Qatar Airways, WOQOD, Airbus, Rolls-Royce, et le Qatar Science and Technology Park (QSTP) signèrent un accord de recherche sur les avantages potentiels du carburéacteur synthétique pour les moteurs d’avion.

Une bonne partie de cette recherche s’appuyait sur l’expertise des employés de Shell Aviation, qui, bien que ne commercialisant pas ce carburant, avaient un rôle central à jouer dans sa création, et dans le processus d’essais et d’homologations. La plupart des travaux de recherche du consortium sur le carburéacteur GTL fut entreprise au Qatar, et comprenait un programme de performances, un programme de combustion et un programme de propriétés.

En février 2008, un prototype non-commercial/ d’essai Airbus A380 effectua un vol de Filton au Royaume-Uni à Toulouse en France, en utilisant pour la toute première fois du « carburéacteur GTL » pour propulser un avion. Aux États-Unis, les avions militaires ont eux aussi utilisé ce carburant.


En septembre 2009 l’American Society for Testing and Materials (ASTM) a approuvé l’utilisation des kérosènes produits à partir du gaz naturel grâce au processus Fischer-Tropsch (au cœur de la production de GTL) à des concentrations pouvant aller jusqu’à 50% avec du carburéacteur classique dérivé du pétrole brut.

En octobre 2009, suite à l’homologation formelle du kérosène GTL dans les spécifications des carburéacteurs de l’ASTM, le premier vol passager commercial au monde à être propulsé par un carburéacteur fabriqué à partir de gaz naturel a été effectué par Qatar Airways de l’aéroport de Gatwick à Londres à Doha au Qatar. Son composant kérosène GTL provenait de l’usine de GTL de Shell à Bintulu GTL en Malaisie.



Le Gaz intégré


Pearl GTL est un grand projet dans la supercatégorie du gaz intégré de Shell.

Le carburéacteur GTL, pourquoi ?

En tant que produit pouvant remplacer le carburéacteur classique obtenu à partir du pétrole brut, le carburéacteur GTL peut aider à diversifier la chaîne d’approvisionnement en carburant aviation et présente un certain nombre d’avantages intéressants pour les compagnies aériennes et les aéroports.

Le composant synthétique du mélange – le kérosène GTL – ne contient pratiquement aucun soufre et il a été démontré qu’il produit moins d’émission de particules (des particules de suie très fines) que le carburéacteur classique dérivé du pétrole brut. Ceci veut dire qu’une fois mélangé à du carburéacteur classique pour créer du carburéacteur GTL, il peut être intéressant pour les compagnies aériennes et les responsables des aéroports désireux d’améliorer la qualité de l’air local sur les aéroports très fréquentés, en réduisant les émissions locales.
Le kérosène GTL possède aussi une densité énergétique supérieure à celle du kérosène classique à base de pétrole brut. Ceci présente plusieurs avantages potentiels : réduire les besoins de maintenance du moteur et la charge de carburant requise, et optimiser le poids du carburant pour que l’avion couvre les mêmes distances.
* Normes internationales: DEF STAN et ASTM